Que faut-il savoir sur la sanction pour travail d'intérêt général ? - Sagué Abogados penalistas
18037
post-template-default,single,single-post,postid-18037,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Que faut-il savoir sur la sanction pour travail d’intérêt général ?

Que faut-il savoir sur la sanction pour travail d’intérêt général ?

Parmi les différents types de peines prévus par le code pénal, il y a le travail d’ intérêt général (ci-après ” TIG “), une peine considérée comme une privation de droits (et non de liberté), consistant en l’exécution d’activités d’utilité publique par la personne condamnée pendant une certaine période de temps.

Qu’est-ce que c’est ?

Le type de travail à effectuer par la personne condamnée est étroitement lié à l’infraction pour laquelle elle a été condamnée et peut consister en des travaux de réparation des dommages causés par l’infraction ou en des ateliers de soutien ou d’assistance aux victimes d’accidents de la circulation, ainsi qu’en la participation à des programmes de rééducation, de travail, de culture, de sécurité routière, d’éducation sexuelle ou à des formations similaires.

Combien de temps peuvent-ils durer ?

La durée minimale de la peine TBC est d’un jour, avec un maximum d’un an. Toutefois, la journée de travail ne peut excéder huit heures par jour, avec la possibilité d’une journée de travail plus courte, comme convenu entre le détenu et l’administration pénitentiaire.

En outre, ils doivent savoir que les risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles pouvant résulter de la fourniture du TBC sont couverts par la sécurité sociale.

Comment fonctionnent les TBC ?

Tout d’abord, pour effectuer un travail d’intérêt général, il est indispensable que le détenu ait donné son accord pour l’effectuer, puisqu’il accepte d’effectuer un travail à caractère obligatoire et sans percevoir de rémunération de quelque nature que ce soit.

Deuxièmement, il s’agit de la Services de gestion des sanctions et des mesures alternatives (ci-après dénommés SGPMA) L’adresse du domicile du détenu, la personne qui lancera les procédures d’exécution de la peine et qui contactera le détenu pour établir le plan d’exécution de la peine (informer sur les types d’activités, les lieux disponibles, le lieu, l’horaire, etc.)

SGPMA doit tenir compte de la situation professionnelle, familiale et éducative du détenu , ainsi que de toute autre circonstance personnelle susceptible d’influencer l’organisation du travail lorsqu’elle décide du type d’activité à réaliser. En outre, le détenu peut proposer une activité spécifique, qui sera évaluée par l’administration pénitentiaire.

L’exécution d’une peine de travail d’intérêt général ne peut entraîner ou causer un préjudice grave aux activités quotidiennes normales de la personne condamnée, car il s’agit d’une peine qui doit répondre aux exigences de flexibilité et d’adaptabilité aux circonstances de chaque personne condamnée.

Une fois que le plan de mise en conformité a été approuvé et notifié, il est immédiatement exécutoire, c’est-à-dire qu’à partir de ce moment, le détenu est strictement obligé de respecter chacune des conditions établies.

À partir de ce moment, le juge de surveillance pénitentiaire sera chargé de contrôler le respect du code de conduite, en demandant des rapports sur l’exécution du travail à l’administration, à l’entité publique ou à l’association d’intérêt où les services sont fournis.

Que se passe-t-il si l’auteur de l’infraction ne respecte pas le plan de mise en conformité de TBC ?

Si le détenu n’est pas en mesure de se présenter un jour donné pour effectuer un travail d’intérêt général, il doit immédiatement en informer l’association ou l’entité auprès de laquelle il effectue ces services et fournir des documents justificatifs (certificat de maladie, décès d’un membre de la famille, etc.) La cause doit être pertinente.

À l’exception de ce qui précède, le non-respect du plan de conformité sans aucune justification, que ce soit en s’absentant du travail, en s’opposant aux instructions de la personne responsable ou en réalisant des performances inférieures au minimum requis, entre autres, sera signalé au tribunal d’instruction compétent pour la commission présumée d’un délit pénal. L’infraction de non-respect de la peine, ce qui permet d’engager d’autres poursuites pénales contre le même délinquant.

Au AVOCATS PÉNALISTES DE SAGUÉ Nous comprenons que les CTB impliquent, pour tous les détenus qui acceptent et s’engagent consciemment à les développer et à suivre le plan de conformité de manière stricte, une une excellente alternative à l’emprisonnement ou à l’amende Cela leur permet de préserver leur vie familiale, professionnelle et sociale et peut même devenir une excellente occasion de changer leurs habitudes, de se rééduquer et d’éviter de nouveaux délits. Cependant, malgré tous ces avantages, nous devons nous rappeler que chaque prisonnier a des circonstances personnelles et des intérêts différents, de sorte qu’une peine qui peut être excellente pour certains peut devenir un véritable calvaire pour d’autres.

Ainsi, dans le cas présent, le choix d’une peine de TBC peut s’avérer inapproprié pour tous les délinquants qui, par exemple, souhaitent pouvoir effacer leur casier judiciaire le plus rapidement possible.Le délai pour demander l’effacement du casier judiciaire est automatiquement prolongé, car ce délai ne commence à courir qu’à partir du moment où la peine a été entièrement exécutée, c’est-à-dire, dans ce cas, à partir du moment où le plan d’exécution du TBC a été achevé.

Comme vous pouvez le constater, le droit pénal n’est pas une science exacte et la même solution n’est donc pas applicable à tous les sujets, AVOCATS PÉNALISTES DE SAGUÉ recommande, en cas de question juridico-criminelle, de s’adresser immédiatement à un avocat pénaliste de confiance pour obtenir les meilleurs conseils, comme on dit familièrement, Mieux vaut prévenir que guérir“..