La détention provisoire injustifiée est-elle indemnisable ? - Sagué Abogados penalistas
18071
post-template-default,single,single-post,postid-18071,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

La détention provisoire injustifiée est-elle indemnisable ?

La détention provisoire injustifiée est-elle indemnisable ?

Lorsqu’une personne est placée en détention provisoire puis acquittée ou bénéficie d’un non-lieu (l’affaire est close en ce qui la concerne), il est clair qu’elle a été privée de son droit fondamental à la liberté, l’un des droits fondamentaux les plus importants protégés par notre Constitution, qui ne lui sera évidemment jamais restitué, mais qui n’a pas été respecté. Avez-vous droit à une compensation financière ? la détention provisoire injustifiée est-elle indemnisable ?

En effet, il semble logique que ce préjudice causé à une personne innocente soit toujours et en tout état de cause compensé financièrement dans la mesure du possible et au prorata du temps pendant lequel elle a été privée de ce droit. Pourtant, malgré ce raisonnement d’une cohérence flagrante, jusqu’au 19 juin 2019, notre législation n’allait pas dans le même sens, n’admettant le droit d’être indemnisé qu’à “…”.qui, après avoir été placés en détention provisoire, sont acquittés au motif qu’ils n’ont pas été
l’inexistence de l’infraction alléguée
ou qui, pour la même raison, a bénéficié d’un non-lieu, à condition d’avoir subi des dommages” (article 294.1 de la LOPJ).

Ainsi, pour que les juges espagnols accordent une indemnisation, ils ont exigé non seulement que le demandeur n’ait rien à voir avec le crime allégué, mais aussi que le crime lui-même n’existe pas. Ainsi, par exemple, même s’il était prouvé que la personne n’a rien à voir avec le crime de meurtre, mais qu’elle est quand même décédée d’une mort violente, cette personne ne serait jamais indemnisée, parce que le crime a existé. En d’autres termes, il s’agit d’un critère absolument restrictif qui empêche toute indemnisation de tous ceux qui ont passé des mois en détention préventive et qui ont finalement été acquittés pour des raisons autres que“l’inexistence de l’infraction alléguée“.

Nous pouvons donc affirmer que, grâce à la récente Arrêt de la Cour constitutionnelle du 19 juin 2019qui déclare inconstitutionnels deux paragraphes de l’article 294.1 de la loi organique du pouvoir judiciaire, abolit cette distinction inacceptable entre les innocents de première classe et les innocents de seconde classe et, par conséquent, permet à toutes les personnes qui ont été placées en détention provisoire à tort d’avoir droit à une indemnisation de la part de l’administration de la justice. pour les dommages causés par cette énorme restriction de leur liberté.

Toutes ces personnes disposeront d’une période générique d’un an à compter de la date de la décision finale pour réclamer l’indemnisation à laquelle elles ont droit. À cet égard, nous tenons à souligner qu’il existe dans toute l’Espagne une seule plateforme en ligne spécialisée exclusivement dans le traitement des demandes d’indemnisation pour détention provisoire injuste :
www.indemnizacionpresospreventivos.es

Ces dernières années, l’indemnisation offerte par la Cour européenne des droits de l’homme aux prévenus acquittés Le montant versé pour ce type d'”erreur judiciaire” varie de 40 à 300 euros par jour, en fonction d’un certain nombre de paramètres : la durée du séjour pénible du détenu en prison, en fonction des affections physiques ou mentales dont il souffre ; si le séjour en prison a entraîné une forme de maladie physique ou mentale ; si le détenu a perdu un emploi à l’étranger ; s’il a dû cesser de payer un prêt hypothécaire et si son appartement a été saisi ; s’il y avait des personnes à l’extérieur dont il avait la charge ; si le détenu avait des enfants mineurs ; s’il était impossible pour sa famille et ses amis de lui rendre visite, entre autres en raison de la distance qui le sépare de la prison, etc.

De AVOCATS PÉNALISTES DE SAGUÉ Nous saluons le récent jugement et espérons que c’est désormais le législateur qui se conformera à ce mandat constitutionnel et, en particulier, à la véritable mise en œuvre de la loi sur les droits de l’homme. droit à la présomption d’innocenceet la législation de réforme sans fixer de limites à la responsabilité publiqueLes effets que cela peut avoir sur les caisses de l’État ne sont pas prioritaires par rapport au droit de tout citoyen innocent d’être indemnisé pour avoir subi une restriction injustifiée de sa liberté.