Comment expulser les squatters de ma propriété ? - Sagué Abogados penalistas
17976
post-template-default,single,single-post,postid-17976,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.8,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Comment expulser les squatters de ma propriété ?

Comment expulser les squatters de ma propriété ?

Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier occupé illégalement et que vous avez l’intention d’engager une procédure pénale pour récupérer votre bien, voici les points essentiels à prendre en compte avant d’entamer toute action.

Tout d’abord, il convient de vérifier que votre cas remplit toutes les conditions requises par notre jurisprudence pour que l’occupation constitue le délit d’usurpation de biens immobiliers sous la forme non violente, régi par l’article 245.2 du code pénal.

Ces exigences jurisprudentielles consistent essentiellement à accréditer que le prétendu squatter possède le bien avec une intention évidente d’exercer les droits de propriété de son propriétaire, avec une certaine vocation de permanence, et en privant totalement l’exercice de ses droits de propriétaire. En d’autres termes, le squatter agit comme s’il était le locataire ou le propriétaire légitime du bien, vous empêchant ainsi d’y accéder et d’en disposer librement.

À cet égard, il convient de noter que s’il s’agissait d’une les biens inhabités, délabrés ou vétusteset donc de ne pas perturber votre droit de possession en tant que propriétaire (puisque vous ne pourriez pas non plus habiter dans le bien), ou d’une l’occupation temporaire, transitoire ou occasionnelleDans un cas où aucune intention de la part du squatter de rester dans le bien comme s’il en était le locataire ou le propriétaire légitime n’a été constatée, nous ne serions pas en présence d’un délit d’usurpation et, par conséquent, le juge finirait par rendre un jugement d’acquittement au détriment de ses intérêts.

Sur la base des prémisses ci-dessus, si votre cas remplit les conditions susmentionnées, il est conseillé de contacter un avocat pénaliste pour vous conseiller sur le dépôt de la plainte et vous assister tout au long de la procédure judiciaire jusqu’à l’expulsion de l’immeuble, en tenant compte du fait que les premières actions sont extrêmement pertinentes pour obtenir l’expulsion immédiate de la propriété à titre de mesure de précaution, afin de pouvoir jouir de leur propriété dès l’ouverture de la procédure, sans avoir à attendre le jugement final.

Enfin, nous devons vous avertir qu’une fois que vous avez obtenu une condamnation, après avoir exécuté l’expulsion, nous vous recommandons de procéder immédiatement au murage de tous les accès à la propriété et/ou aux locaux, évitant ainsi l’accès de nouveaux squatters et le redémarrage d’une nouvelle procédure judiciaire.